Logotipo gipuzkoakultura
2017ko azaroak 21, asteartea



Bertan > La langue basque > L'éducation en euskara
Bertan 24

L'éducation en euskara


Répondant à la demande sociale pour une éducation en euskara prise en charge par les ikastolas dans les années 1960, les administrations autonomes décident de mettre la langue basque au coeur du système éducatif. La Communauté autonome basque est la première à la réglementer par loi (1982) tandis que la Navarre commence en 1986 à implanter l'enseignement public en langue basque; dans les deux cas, on propose différents modèles linguistiques à chaque étape de la scolarité. Au Pays basque nord, l'enseignement en euskara dépend des ikastolas créées par les parents d'élèves, avec l'appui du système public pour le corps professoral et le concours de la Communauté autonome d'Euskadi. En dépit de hauts et de bas, l'enseignement bilingue connaît une étape de maturité et de consolidation.

291. Dans la Communauté autonome basque, l'enseignement est régi par la Ley de Normalización y Uso del Euskera de 1982 et le décret 138/1983, qui précise l'utilisation des deux langues officielles aux niveaux non universitaires. Il crée les modèles linguistiques A, B et D, et fixe les directives pour la formation des professeurs en euskara, ainsi que les critères minimums que doivent réunir les enseignants en langue basque. 292. Les modèles linguistiques : Dans le modèle A, tout l'enseignement est dispensé en castillan et l'euskara est une matière parmi d'autres. Dans le modèle B, les deux langues sont utilisées comme véhicule d'apprentissage, à 50 %. Le modèle D dispense tout l'enseignement en euskara, l'espagnol étant considéré comme une matière entre autres. 293. Selon les données d'inscription pour l'année scolaire 2010- 2011, dans la Communauté autonome du Pays basque, trois élèves sur quatre qui s'inscrivent à l'école, commencent à apprendre en euskara, dans le modèle D. 294. Dans tout Euskal Herria, en 2010–2011 le nombre d'élèves de 3 à 18 ans qui suivent les apprentissages en euskara est de 300.277. Pour la seule CAV, 195.790 sont inscrits dans le modèle D tandis que 75.787 fréquentent le modèle B. En Pays basque nord, 1480 élèves sont inscrits dans le modèle D et 4.669 dans le modèle B. En Navarre, on compte 22.551 élèves, soit environ 23 % du total des inscrits dans les modèles D et B, répartis dans 114 établissements. 295. Carte des inscriptions dans l'enseignement primaire pour l'an- née scolaire 2004-2005, pour tout Euskal Herria. Edité par la fondation Euskara Kultur Elkargoa. 296. Les études révèlent que, dans la communauté autonome basque, les établissements fonctionnant avec l'euskara comme langue principale sont aussi les établissements qui recueillent les meilleurs résultats : en primaire, secondaire et terminale, le taux d'admission est plus élevés dans les établissements de modèle D. D'après ces données, les étudiants plurilingues, qui ont l'euskara comme langue principale, sortent mieux préparés de l'enseignement obligatoire, non seulement en connaissance des deux langues officielles mais également dans le reste des matières. 297. Les écarts dans les résultats scolaires, en faveur de l'enseignement en euskara, s'accroissent précisément en terminale. Pour l'année 2008- 2009, le taux d'admission en terminales dans le modèle D de la Communauté autonome basque dépasse de 15 points le taux enregistré dans les lycées dont les classes sont dispensées majoritairement en castillan. Ou plus exactement, 81,4% des élèves inscrits dans le modèle D sont admis en classe supérieure, contre 66,7% dans le modèle A. Il ne s'agit pas là de résultats conjoncturels, mais d'une tendance qui se répète d'une année sur l'autre depuis 2004 dans l'enseignement public et privé, dans tous les cycles depuis 2004- 2005. 298. En Navarre aussi, le pourcentage d'admis aux épreuves d'ac- cès à l'Université en 2009 est supérieur parmi les élèves du modèle D –en langue basque– 95,95%, contre 93,43% pour ceux qui ont passé les épreuves en castillan, 93,43%. 299. En Navarre, l'enseignement en basque dans le système public commença en 1986. L'année suivante, ce fut le premier à offrir l'op- tion de choisir entre les modèles linguistiques : 10.107 élèves de maternelle et de primaire s'inscrirent en euskara cette même année (13,34 %). Un chiffre qui n'a cessé de croître puisqu'en 2009 il dépassait 20 % des élèves. Depuis dix ans, en Navarre, on observe un rythme croissant de la demande pour une scolarisation en euskara. Cette tendance représentant non loin du quart des effectifs. Parmi les élèves qui choisissent l'euskara, la majorité le font dans le système public, et 27,5 % dans les ikastolas du réseau privé. 300. Les professeurs et les maisons d'édition incluent dans leurs programmes les contenus sur Euskal Herria et ses personnalités illustres, son histoire, sa culture, l'art, le folklore et les traditions, conformément aux contenus curriculaires d'éducation. 301. Au XXIe siècle, la production de matériels éducatifs en euskara est un secteur en croissance constante. Au premier rang duquel les maisons d'édition Elkar, Erein, Ibaizabal, Ikastolen Elkartea, Ttartalo, Gaiak ou Giltza, qui éditent tous les ans des manuels scolaires. Leur chiffre d'affaires représente 50% du total de l'ensemble du marché du livre en langue basque.
Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura, Gazteria eta Kirol - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net