Logotipo gipuzkoakultura
2017ko azaroak 22, asteazkena



Bertan > La langue basque > La consolidation basque
Bertan 24

La consolidation basque


L'euskara batua est devenu langue unifiée, la création littéraire en euskara vit un grand changement. Le roman comme la poésie délaissent la tradition costumbrista pour se frotter à l'existentialisme et s'essayer à la modernité. Euskaltzaindia met en place le corpus de la langue. Il s'attache à développer ses textes normatifs et grammaticaux, ses dictionnaires. La recherche et la science commencent à penser en euskara. L'Université d'été pose les jalons de l'actuelle Université publique basque.

247. L'euskara batua. Le processus d'unification de l'euskara interrom-pu par la parenthèse franquiste doit être relancé. En octobre 1968 à Arantzazu se déroule le Congrès d'Euskaltzaindia. Ce congrès représente l'occasion rêvée pour jeter les bases de l'unification linguistique et la définition de l'euskara batua. 248. Oeuvre de Nestor Basterretxea. 249. Jose Antonio Sistiaga (Saint Sébastien 1932), devant son oeuvre cinématographique Ere erera baleibu izik subua aruaren...1968-70. Film muet de 75 minutes, réalisé en appliquant de la peinture directement sur la celluloïd de 35 mm. 250. Avant la création de l'Université du Pays Basque EHU-UPV en 1980, l'euskara n'était nullement absent dans la vie universitaire : en 1974, le professeur agrégé de chimie Jacinto Iturbe soutient la première thèse en euskara; imité par le cardiologue Rikardo Arrue qui soutient à son tour la première thèse dans cette discipline en langue basque. Cependant qu'à la Faculté de chimie de Saint-Sébastien, on commence à enseigner quelques matières en euskara (1976). En 1977, Koldo Mitxelena se voit confier la toute nouvelle chaire d'euskara au Colegio Universitario Alavés, Henrike Knörr est son assistant. En 1978, dans les Ecoles d'enseignement des maîtres de Bilbao et de Saint-Sébastien on crée la spécialité de philologie basque, et en 1979 est prononcé le premier cours entièrement en euskara en matière de biologie, géologie et chimie. 251. Mikel Laboa (San Sebastián 1934-2008) inaugure cette période avec son disque Haika mutil (1969) et la couronne avec Joxan Artze, avec la première, en 1976, d'un spectacle qui brise les tabous, Ikimilikiliklik!. Comme d'autres auteurs-interprètes, à l'époque, ils remplissent les places, les théâtres et les frontons. On peut les considérer comme les artisans du rapprochement à l'euskara du grand public à travers la musique. 252. Udako Euskal Unibertsitatea, (Université basque d'été) naît dans la foulée du succès remporté par les Semaines basques de Bayonne de 1970-72. Ses premiers cours d'été sont organisés à Saint-Jean-de-Luz, en 1973. Les programmes appliqués à Pampelune, à partir de 1977, couvrent dorénavant toute l'année, notamment dans les matières scientifiques et sociales. 253. Les films Pelotari (1964) et Amalur (1968) de Nestor Basterretxea et Fernando Larruquert sont les premières productions cinématographiques sur des thèmes basques. Dans la même veine, signalons des documentaires comme Navarra cuatro estaciones (1971), de Julio Caro Baroja et Navarra agreste (1972), de Rafa Treku. 254. Les arts plastiques vivent un moment très intéressant. En peinture : Rafa Ruiz Balerdi, Bixente Ameztoi, Andres Nagel, Mentxu Gal ou Jose Luis Zumeta. En sculpture : Nestor Basterretxea, Remigio Mendiburu, Vicente Larrea ou Ricardo Ugarte. La musique compte dans ses rangs des compositeurs de l'envergure de Luis Isasa, Luis de Pablo ou Agustín Gonzalez Azilu. Ouvre de Jose Luis Zumeta. 255. En Navarre, plusieurs intellectuels appellent la communauté euskaldun à redorer le blason de sa culture et à l'apprécier. Miguel Javier Urmeneta (Pampelune 1915-1988) est l'un des promoteurs de la Section pour la promotion du Vascuence de la Députation, que dirige Pedro Diez de Ultzurrun (Pampelune 1924-1994), et qui prend les rênes de nombreuses activités dans l'idée de redonner à la langue sa véritable place. A la revue en euskara Príncipe de Viana (1966) collaborent avec eux des gens comme l'ethnographe José Maria Satrustegi, José Agerre ou Aingeru Irigarai. 256. Jean Mirande (Paris, 1925-1972). Souletin de naissance, Mirande écrit Haur besoetakoa un roman qui émeut le lecteur. Interdit à diverses reprises, il est publié en 1970. Son succès lui assure de multiples éditions. Il créera avec Txomin Peillen la revue Igela, euskaldun heterodoxoen errebista (1962). 257. Gabriel Aresti (Bilbao, 1933-1975) renouvelle et modernise la poésie basque. Ses recueils Harri eta herri (1964), Euskal harria (1968) et Harrizko herri hau (1971) propulsent la poésie basque dans le réalisme social, au point de créer un monde imaginaire nouveau. Il cultive par ailleurs le théâtre, les contes et le roman. Il livre de nombreuses traductions de poètes consacrés. Autour de l'oeuvre d'Aresti voit le jour le mouvement poétique Uhin Berri. On considère son poème Maldan behera (1959) comme le premier ouvrage rédigé dans ce que l'on prendra l'habitude d'appeler euskera batua, l'euskara unifié. 258. Jose Luis Alvarez Enparantza, Txillardegi (Saint-Sébastien, 1929), avec son roman Leturiaren egunkari ezkutua (1957), jette des ponts entre l'existentialisme et la narration en euskara, qui abandonne la tradition costumbrista pour s'essayer à la modernité. Ingénieur et linguiste de formation, il est nommé professeur émérite de l'Université du Pays basque. Considéré comme l'un de nos meilleurs sociolinguistes, son rôle sera décisif dans la construction de l'euskera batua, pour lequel il milita résolument. 259. La crise qui frappe l'économie basque au milieu des années 1970 est porteuse de grands changements (émigration, chômage, désindustrialisation). Ceux-ci ne manquent pas d'en affecter toutes les structures. A partir de 1975, les défenseurs d'une identité nationale basque gagnent du terrain dans la société et, dès la fin du franquisme, ce bouillonnement rejaillit sur les arts et la culture. Ses chefs de file reprennent avec enthousiasme la défense de l'euskara comme patrimoine commun. La présence de la langue basque gagne du terrain et, avec elle, la demande insistante de sa reconnaissance comme langue officielle. 260. Logo de la première campagne en faveur de l'utilisation de l'euska- ra dans la société, lancée par la Députation forale de Gipuzkoa en 1982.
Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura, Gazteria eta Kirol - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net