Logotipo gipuzkoakultura
martes 26 septiembre 2017



Bertan > Nos boteaux > XIIIe siècle. Le contexte atlantique
Bertan 23

XIIIe siècle. Le contexte atlantique


On peut voir aux archives nationales à Paris l’empreinte en cire du sceau du concejo de la ville de San Sebastian, apposée sur un document de l’an 1297. Il représente le type de bateau le plus répandu dans l’Europe atlantique du XIIIe siècle, qui permit le démarrage de son commerce maritime. Cette typologie navale était utilisée par d’autres royaumes avec lesquels les Bas-ques commerçaient, en particulier par l’Angleterre. Ce type de bateaux fut employé par ailleurs par les royaumes chrétiens dans leurs campagnes militaires, comme la conquête de Séville en 1248. La participation des nefs basques et cantabriques fut déterminante pour forcer les défenses sur le Guadalquivir.

Sceau de San Sebastian (1352). Archives générales de Navarre.
Similaire au sceau des archives nationales de Paris (1297)
Sceau de San Sebastian (1352). Archives générales de Navarre. Similaire au sceau des archives nationales de Paris (1297). © José Lopez
Le bateau représenté sur le tympan du porche de l’église de San
Pedro à Olite présente certaines différences morphologiques par rapport
à celui de San Sebastian; on peut voir clairement que les bordés supérieurs
de la coque ne font pas leur jonction avec l’étrave, mais sont
surélevés pour supporter des gaillards intégrés dans la coque. L’origine
de la typologie de ce bateau se trouve probablement dans le nord de
l’Europe.
Le bateau représenté sur le tympan du porche de l’église de San Pedro à Olite présente certaines différences morphologiques par rapport à celui de San Sebastian; on peut voir clairement que les bordés supérieurs de la coque ne font pas leur jonction avec l’étrave, mais sont surélevés pour supporter des gaillards intégrés dans la coque. L’origine de la typologie de ce bateau se trouve probablement dans le nord de l’Europe. © José Lopez

Miniature française représentant un navire de l’époque, offrant
la même typologie que celui de l’église San Pedro à Olite.
Miniature française représentant un navire de l’époque, offrant la même typologie que celui de l’église San Pedro à Olite. © José Lopez
Bateaux bord à bord, c’est-à-dire à l’ancre les uns auprès des
autres, amarrés à un même quai ou dans une anse abritée. À l’époque,
San Sebastian était une grande ville portuaire. Appartenant au royaume
de Navarre, elle fut dotée par le monarque Sanche VI Le Sage de lois
qui constituent l’un des codes de la mer les plus anciens que l’on
connaisse, le fuero de 1180. La même typologie est employée pour
différents modèles de bateaux. Seules varient les dimensions.
Bateaux bord à bord, c’est-à-dire à l’ancre les uns auprès des autres, amarrés à un même quai ou dans une anse abritée. À l’époque, San Sebastian était une grande ville portuaire. Appartenant au royaume de Navarre, elle fut dotée par le monarque Sanche VI Le Sage de lois qui constituent l’un des codes de la mer les plus anciens que l’on connaisse, le fuero de 1180. La même typologie est employée pour différents modèles de bateaux. Seules varient les dimensions. © José Lopez

La nef romaine d’Ostie révèle un profil étrangement semblable
à celui des nefs du XIIIe siècle, à l’image des extrémités robustes et
protubérantes des étraves. Ceci pourrait indiquer une continuité
dans l’architecture navale de l’époque romaine jusqu’au XIIIe siècle.
La nef romaine d’Ostie révèle un profil étrangement semblable à celui des nefs du XIIIe siècle, à l’image des extrémités robustes et protubérantes des étraves. Ceci pourrait indiquer une continuité dans l’architecture navale de l’époque romaine jusqu’au XIIIe siècle. © José Lopez
Miniature des Cantigas de Santa María, d’Alphonse X le Sage
(XIIIe siècle).
Miniature des Cantigas de Santa María, d’Alphonse X le Sage (XIIIe siècle). © José Lopez

Sceau du bourg de San Nicolas, Pampelune (1236)
Sceau du bourg de San Nicolas, Pampelune (1236). © José Lopez
Sceau de l’université du bourg de San Cernin et du bourg de
San Nicolas, Pampelune (1274).
Sceau de l’université du bourg de San Cernin et du bourg de San Nicolas, Pampelune (1274). © José Lopez

Sceau de Winchelsea, Angleterre, XIIIe siècle
Sceau de Winchelsea, Angleterre, XIIIe siècle. © José Lopez
Reproduction du sceau de la ville de San Sebastian (1297).
Ar-chives nationales de Paris.
Reproduction du sceau de la ville de San Sebastian (1297). Ar-chives nationales de Paris. © José Lopez

Scène de la bible de Pampelune, commanditée par Sanche Le
Fort en 1194, réalisée par Petrus Ferrandus, manuscrit de Harburg-
Oettinghen.
Scène de la bible de Pampelune, commanditée par Sanche Le Fort en 1194, réalisée par Petrus Ferrandus, manuscrit de Harburg- Oettinghen. © José Lopez
Certains spécialistes affirment que le bateau du sceau de San
Sebastian pourrait avoir 20 mètres de longueur. Dans les siècles
suivants, ce type de bateau prendra en compte de nombreuses innovations.
En s’adaptant naturellement aux exigences de chaque époque.
Certains spécialistes affirment que le bateau du sceau de San Sebastian pourrait avoir 20 mètres de longueur. Dans les siècles suivants, ce type de bateau prendra en compte de nombreuses innovations. En s’adaptant naturellement aux exigences de chaque époque. © José Lopez

Les sceaux montrent l’utilisation d’une typologie navale commune
aux ports basques, anglais et cantabriques. Bayonne, à l’instar du
reste du Labourd, appartient à l’époque à l’Angleterre. De fait, la
ville labourdine était l’un des grands centres de construction navale
pour la couronne anglaise.
Le bateau représenté sur le tympan du porche de l'église de San Pedro à Olite présente certaines différences morphologiques par rapport à celui de San Sebastian; on peut voir clairement que les bordés supérieurs de la coque ne font pas leur jonction avec l'étrave, mais sont surélevés pour supporter des gaillards intégrés dans la coque. L'origine de la typologie de ce bateau se trouve probablement dans le nord de l'Europe. © José Lopez
La nef du sceau de San Sebastian montre l’arrière et l’avant
sy-métriques, le gouvernail latéral à tribord, la coque construite à
clin et les extrémités des baux traversant la coque. Elle comprend
un château ou gaillard d’arrière qui offre un abri au timonier, particulièrement
bienvenu pendant les navigations au large. De plus,
sa plate-forme élevée était d’une grande utilité dans les combats
La nef du sceau de San Sebastian montre l’arrière et l’avant sy-métriques, le gouvernail latéral à tribord, la coque construite à clin et les extrémités des baux traversant la coque. Elle comprend un château ou gaillard d’arrière qui offre un abri au timonier, particulièrement bienvenu pendant les navigations au large. De plus, sa plate-forme élevée était d’une grande utilité dans les combats. © José Lopez

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura Zuzendaritza Nagusia - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net