Logotipo gipuzkoakultura
martes 26 septiembre 2017



Bertan > Nos boteaux > Vaisseaux. XVIIIe siècle
Bertan 23

Vaisseaux. XVIIIe siècle


Le vaisseau est le plus puissant bateau de guerre qui ait existé dans la marine à voile. Le pouvoir d’une puissance maritime se mesure au nombre de vaisseaux, qui disposaient de deux, voire de trois batteries d’artillerie de chaque côté, et décidaient du sort des grandes batailles navales. Initialement, un grand nombre de vaisseaux de la flotte espagnole étaient construits dans les chantiers navals du Pays basque. Mais cette activité fut transférée ultérieurement sur d’autres côtes. Beaucoup de charpentiers et d’ouvriers basques spécialisés dans la construction de vaisseaux furent embauchés dans les chantiers royaux de la péninsule et d’outre-mer. Initialement le vaisseau, plus grand que la frégate, pâtissait de problèmes de stabilité en raison du surpoids de l’armement. L’architecte naval Antonio de Gaztañeta, originaire de Mutriku, développa un système innovant de conception de carène qui améliore notablement l’assiette du bateau sans compromettre la vitesse. Cette méthode, basée sur un système graphique, permettait également de préétablir avec exactitude la forme de la partie avant et arrière de la coque, qui dépendait auparavant de l’improvisation et du savoirfaire de chaque constructeur.

Hêtraie-sapinière d’Iraty, Navarre. La mâture des vaisseaux prend
des proportions jamais vues auparavant. Requérant les plus grands
ar-bres de la forêt. Le sapin, pour sa forme, sa résistance et sa légèreté,
était l’espèce la plus recherchée pour fabriquer des mâts. C’est ainsi
que l’on coupait dans les Pyrénées des pièces dont le fût pouvait
atteindre 35 mètres de long, dont le transport à travers les montagnes
supposait de grands défis d’ingénierie. Par ailleurs, la construction
d’un vaisseau de taille moyenne requérait l’emploi de plus de 2.000
chênes adultes. Cette demande massive de bois fut à l’origine de la
déforestation d’une grande partie de l’Europe
Hêtraie-sapinière d’Iraty, Navarre. La mâture des vaisseaux prend des proportions jamais vues auparavant. Requérant les plus grands ar-bres de la forêt. Le sapin, pour sa forme, sa résistance et sa légèreté, était l’espèce la plus recherchée pour fabriquer des mâts. C’est ainsi que l’on coupait dans les Pyrénées des pièces dont le fût pouvait atteindre 35 mètres de long, dont le transport à travers les montagnes supposait de grands défis d’ingénierie. Par ailleurs, la construction d’un vaisseau de taille moyenne requérait l’emploi de plus de 2.000 chênes adultes. Cette demande massive de bois fut à l’origine de la déforestation d’une grande partie de l’Europe. © José Lopez
Jusqu’au XVIIIe siècle, le timon des navires est gouverné au
moyen de la barre de commande ou manuelle, bâton perpendiculaire
à la barre de gouvernail que le timonier manoeuvre depuis le
gaillard d’arrière. L’augmentation de la jauge rend très difficile de
naviguer sur d’aussi grands bateaux avec un tel système. D’où
l’invention de la roue de gouvernail qui, manoeuvrée par tout un
système de poulies, soulageait le travail du timonier.
Jusqu’au XVIIIe siècle, le timon des navires est gouverné au moyen de la barre de commande ou manuelle, bâton perpendiculaire à la barre de gouvernail que le timonier manoeuvre depuis le gaillard d’arrière. L’augmentation de la jauge rend très difficile de naviguer sur d’aussi grands bateaux avec un tel système. D’où l’invention de la roue de gouvernail qui, manoeuvrée par tout un système de poulies, soulageait le travail du timonier. © José Lopez

Vaisseau vu de l’arrière et de l’avant. –Poupe.
Vaisseau vu de l’arrière et de l’avant. –Poupe. –Proue. © José Lopez
Vaisseau vu de l’arrière et de l’avant. –Poupe. –Proue.
Vaisseau vu de l’arrière et de l’avant. –Poupe. –Proue. © José Lopez

Vaisseau de 90 canons. Plan de Gaztañeta. Arte de fabricar
reales.
Vaisseau de 90 canons. Plan de Gaztañeta. Arte de fabricar reales. © José Lopez
Ces bateaux, véritables cathédrales flottantes, étaient considérés
comme l’expression technologique la plus achevée de l’évolution de
la construction navale au Pays basque. Vaisseau de 90 canons de
1720.
Ces bateaux, véritables cathédrales flottantes, étaient considérés comme l’expression technologique la plus achevée de l’évolution de la construction navale au Pays basque. Vaisseau de 90 canons de 1720. © José Lopez

Un vaisseau de ligne de type moyen, entre marins et infanterie
de marine, requérait un équipage d’environ sept cents personnes.
Pour approvisionner et loger tout ce monde, il fallait disposer de
quatre ou cinq ponts superposés, sur lesquels s’entassaient dans un
grand bric-à-brac le rechange, les munitions, l’armement, etc. Le
manque d’espace et de mesures d’hygiène faisait des maladies l’un
des soucis premiers des capitaines de ces bateaux. Ce vaisseau est pareil à un autre bâtiment appelé Nuestra Señora
de la Asunción, plus connu sur la côte basque par le nom de La Guipuzcoana.
Construit à Pasaia en 1779, c’était le fleuron de la Real
Compañía Guipuzcoana de Caracas. Il fut capturé au cours de son
voyage inaugural par les Anglais. Ces derniers se contentèrent de le
rebaptiser sous le nom de Prince William et l’enrôlèrent dans leur flotte
de guerre.
Un vaisseau de ligne de type moyen, entre marins et infanterie de marine, requérait un équipage d’environ sept cents personnes. Pour approvisionner et loger tout ce monde, il fallait disposer de quatre ou cinq ponts superposés, sur lesquels s’entassaient dans un grand bric-à-brac le rechange, les munitions, l’armement, etc. Le manque d’espace et de mesures d’hygiène faisait des maladies l’un des soucis premiers des capitaines de ces bateaux. Ce vaisseau est pareil à un autre bâtiment appelé Nuestra Señora de la Asunción, plus connu sur la côte basque par le nom de La Guipuzcoana. Construit à Pasaia en 1779, c’était le fleuron de la Real Compañía Guipuzcoana de Caracas. Il fut capturé au cours de son voyage inaugural par les Anglais. Ces derniers se contentèrent de le rebaptiser sous le nom de Prince William et l’enrôlèrent dans leur flotte de guerre. © José Lopez
La dimension des bateaux ne cesse d’augmenter, les ponts en
particulier se mulitplient; comme sur les frégates, les voiles d’étai ou
focs atteignent leur plein développement, ce qui améliore notablement
la navigation pour remonter au vent.On adopte la barre à roue,
qui facilite la manoeuvre du vaisseau.
La dimension des bateaux ne cesse d’augmenter, les ponts en particulier se mulitplient; comme sur les frégates, les voiles d’étai ou focs atteignent leur plein développement, ce qui améliore notablement la navigation pour remonter au vent.On adopte la barre à roue, qui facilite la manoeuvre du vaisseau. © José Lopez

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura Zuzendaritza Nagusia - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net