Logotipo gipuzkoakultura
martes 26 septiembre 2017



Bertan > Nos boteaux > Txalupa
Bertan 23

Txalupa


Avec ses 13 mètres de long, la txalupa (chaloupe pour la pêche à la bonite) était la plus grande des embarcations de pêche cô-tière. Entre décembre et mars, on l’employait pour la pêche à la dorade rose. Une vingtaine de membres d’équipage participaient à cette modalité de pêche pratiquée à l’aide de palangres. Les caractéristiques de la chaloupe ne jouaient pas un rôle majeur dans le déroulement de la pêche. Toutefois, entre mai et octobre, la moitié des hommes d’équipage, se consacraient sur ce bateau à la pêche à la bonite et au thon. Cette pêche recourait à la technique dynamique de la traîne. On déployait de longues perches auxquelles on accrochait les engins de pêche sur toute la largeur. Ceux-ci consistaient en un hameçon, simple ou double, recouvert de plumes ou de feuilles de maïs et orné d’un morceau de tissu ou de laine de couleur imitant grossièrement un poisson. La chaloupe était conçue pour prendre facilement de la vitesse afin d’animer les hameçons et de leurrer les thunidés.

Départ des txalupas du port d’Ondarroa au lever du jour, peint
par Dario de Regoyos. On peut observer sur la toile les motifs ornant
les voiles qui avaient pour but de reconnaître les canots au loin.
Départ des txalupas du port d’Ondarroa au lever du jour, peint par Dario de Regoyos. On peut observer sur la toile les motifs ornant les voiles qui avaient pour but de reconnaître les canots au loin. © José Lopez
Txalupa handia “San Francisco” de Bermeo, photographiée en
1917. C’était le chant du cygne pour les bateaux de pêche manoeuvrés
à la voile qui devaient rivaliser avec les vapeurs. A l’époque les
bateaux à voiles arrivèrent à mesurer 16 mètres de longueur. Il s’agit
d’une txalupa handia, grande chaloupe, qui sera aussi le nom donné
aux chaloupes pontées apparues à la fin du XIXe siècle.
Txalupa handia “San Francisco” de Bermeo, photographiée en 1917. C’était le chant du cygne pour les bateaux de pêche manoeuvrés à la voile qui devaient rivaliser avec les vapeurs. A l’époque les bateaux à voiles arrivèrent à mesurer 16 mètres de longueur. Il s’agit d’une txalupa handia, grande chaloupe, qui sera aussi le nom donné aux chaloupes pontées apparues à la fin du XIXe siècle. © José Lopez

Des txalupas à l’abri après avoir franchi la barre de sable de
Hondarribia.
Des txalupas à l’abri après avoir franchi la barre de sable de Hondarribia. © José Lopez
Brokoa. Grande chaloupe pour la pêche à la bonite construite
par l’association Itsas Begia, de Saint-Jean-de-Luz, d’après un plan de
la collection Mutiozabal. L’embarcation a fait la démonstration des
qualités de ce type de bateau à l’occasion d’une navigation entre la
localité bretonne de Douarnenez et Sokoa, qui s’est effectuée en tout
juste 42 heures, à l’été 2006.
Brokoa. Grande chaloupe pour la pêche à la bonite construite par l’association Itsas Begia, de Saint-Jean-de-Luz, d’après un plan de la collection Mutiozabal. L’embarcation a fait la démonstration des qualités de ce type de bateau à l’occasion d’une navigation entre la localité bretonne de Douarnenez et Sokoa, qui s’est effectuée en tout juste 42 heures, à l’été 2006. © José Lopez

Bonite
Bonite. © José Lopez
Merlu.
Merlu. © José Lopez

Dorade rose.
Dorade rose. © José Lopez
Les chaloupes de pêche à la bonite étaient équipées de fargues
amovibles qui étaient placés sur la lisse pour hausser le franc-bord
pendant la navigation à la voile, afin d’empêcher l’eau d’embarquer.
De même que les voiles étaient habituellement décorées, les coques
étaient ornées de motifs destinés à en faciliter l’identification. Dans
ce cas, sous la lisse de franc-bord nous pouvons observer une plinthe
ornée de rectangles alternés.
Les chaloupes de pêche à la bonite étaient équipées de fargues amovibles qui étaient placés sur la lisse pour hausser le franc-bord pendant la navigation à la voile, afin d’empêcher l’eau d’embarquer. De même que les voiles étaient habituellement décorées, les coques étaient ornées de motifs destinés à en faciliter l’identification. Dans ce cas, sous la lisse de franc-bord nous pouvons observer une plinthe ornée de rectangles alternés. © José Lopez

Le marquis de Folin, capitaine du port de Bayonne, se montra
vi-vement intéressé par les embarcations basques de pêche côtière; il
se livra à des études et dressa les plans de plusieurs typologies. Le
dessin montre dans le détail la disposition des perches à bord de la
txalupa.
Le marquis de Folin, capitaine du port de Bayonne, se montra vi-vement intéressé par les embarcations basques de pêche côtière; il se livra à des études et dressa les plans de plusieurs typologies. Le dessin montre dans le détail la disposition des perches à bord de la txalupa. © José Lopez

Ontzi-bizkar estankoaren adibidea. Itsas agintaritzak ezarri
zuen txalupak ontzi-bizkar estanko batez hornitzeko
obligazioa, eta hortik aurrera sortu ziren Txalupak;
izan ere, txalupa irekiekin
sarri gertatzen ziren
hondoratzeak.
Exemple de pont étanche. Les grandes chaloupes pour la pêche à la bonite sont imposées par la décision des autorités maritimes d’implanter le pont étanche, après de nombreuses fortunes de mer subies par les boniteras ouvertes. © José Lopez

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura Zuzendaritza Nagusia - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net