Logotipo gipuzkoakultura
martes 26 septiembre 2017



Bertan > Nos boteaux > Traînière de pêche
Bertan 23

Traînière de pêche


L’apparition spontanée de la traînière coïncide avec la pénurie de morue en salaison, à la suite de la signature du traité d’Utrecht. Cette situation aiguisa l’ingéniosité des pêcheurs de pêche côtière, qui cherchèrent à multiplier les captures de sardines devant servir d’aliment de remplacement. Duhamel du Monceau attribue l’invention de la senne à un pêcheur anonyme de Hondarribia dans la première moitié du XVIIIe siècle. Inventeur également de la traînière rapide et manoeuvrable nécessaire à son usage. La traînière était une embarcation légère. Propulsée sur la crête des vagues par douze rameurs et dotée d’une quille offrant un minimum de section arquée, elle pouvait effectuer un virement de bord très fermé, pour larguer à bâbord une senne, en basque xerkua. Ce filet, comme son nom l’indique, fut conçu pour encercler le poisson. Il était de relativement petite dimension pour manoeuvrer avec toute la rapidité que la nouvelle technique de pêche exigeait.

Le terme de traînière n’apparaît que tardivement, dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle. On connaît l’embarcation depuis
lors sous les noms génériques de txalupa ou de lancha Manjuera.
Le terme de traînière n’apparaît que tardivement, dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle. On connaît l’embarcation depuis lors sous les noms génériques de txalupa ou de lancha Manjuera. © José Lopez
Il est probable que l’invention de la senne et de la traînière fût
inspirée par la chinga et la uarika. La chinga était un filet utilisé dans
l’estuaire de la Bidasoa, bien qu’on l’ait également employé à Pasaia.
De ses origines qui remontent loin dans le temps dérive le toponyme
Txingudi (lieu de chingas), qui donne son nom à la baie située à
l’embouchure de la Bidasoa. La technique consistait à étendre la
senne à partir de la plage au moyen d’une embarcation de six mètres
appelée uarika ou ubarika. La manoeuvre consistant à réaliser un
demi-cercle afin d’encercler les poissons entre la plage et le filet.
Finalement, les deux extrémités de la chinga étaient hâlées depuis la
plage pour récupérer la senne avec la capture. L’engin était largué sur
la plage à marée basse ou à marée montante. En général, au lever du
jour, pour la pêche au mulet et dans une moindre mesure à la sole et
d’autres espèces.
Il est probable que l’invention de la senne et de la traînière fût inspirée par la chinga et la uarika. La chinga était un filet utilisé dans l’estuaire de la Bidasoa, bien qu’on l’ait également employé à Pasaia. De ses origines qui remontent loin dans le temps dérive le toponyme Txingudi (lieu de chingas), qui donne son nom à la baie située à l’embouchure de la Bidasoa. La technique consistait à étendre la senne à partir de la plage au moyen d’une embarcation de six mètres appelée uarika ou ubarika. La manoeuvre consistant à réaliser un demi-cercle afin d’encercler les poissons entre la plage et le filet. Finalement, les deux extrémités de la chinga étaient hâlées depuis la plage pour récupérer la senne avec la capture. L’engin était largué sur la plage à marée basse ou à marée montante. En général, au lever du jour, pour la pêche au mulet et dans une moindre mesure à la sole et d’autres espèces. © José Lopez

L’invention de la senne révolutionna l’économie de notre littoral.
Les captures augmentèrent dans de telles proportions qu’elles
entraînèrent le développement de l’industrie de la salaison. Le succès
fulgurant de la pêche à la senne ne tarda pas à se répandre dans
le monde entier. La motorisation des bateaux, plus puissants, a permis
ensuite une augmentation progressive de la taille du filet.
L’invention de la senne révolutionna l’économie de notre littoral. Les captures augmentèrent dans de telles proportions qu’elles entraînèrent le développement de l’industrie de la salaison. Le succès fulgurant de la pêche à la senne ne tarda pas à se répandre dans le monde entier. La motorisation des bateaux, plus puissants, a permis ensuite une augmentation progressive de la taille du filet. © José Lopez
Les voiles des traînières étaient employées uniquement pour se
déplacer, puisque la pêche se pratiquait exclusivement à la rame.
Les voiles des traînières étaient employées uniquement pour se déplacer, puisque la pêche se pratiquait exclusivement à la rame. © José Lopez

Les bancs de sardines étaient souvent signalés par la présence
de mouettes et d’autres oiseaux de mer. Les guetteurs postés sur des
lieux élevés de la côte détectaient l’existence de bancs de poissons.
Et ceux-ci, à leur tour, en avisaient les pêcheurs.
Les bancs de sardines étaient souvent signalés par la présence de mouettes et d’autres oiseaux de mer. Les guetteurs postés sur des lieux élevés de la côte détectaient l’existence de bancs de poissons. Et ceux-ci, à leur tour, en avisaient les pêcheurs. © José Lopez
Plan de formes d’une traînière.
Plan de formes d’une traînière. © José Lopez

Ameriketatik, réplique d’une traînière de pêche de la seconde
moitié du XIXe siècle, sur des plans de Mutiozabal. Construite par
l’auteur en 1998 à l’école de construction navale de Rockland (The
App-renticeshop of Rockland) dans l’Etat du Maine (Etats-Unis).
Financée par la diaspora basque du continent américain pour être
offerte au Pays Basque. Depuis lors, Ameriketatik a représenté le patrimoine
ma-ritime basque dans de nombreux évènements internationaux.
Ameriketatik, réplique d’une traînière de pêche de la seconde moitié du XIXe siècle, sur des plans de Mutiozabal. Construite par l’auteur en 1998 à l’école de construction navale de Rockland (The App-renticeshop of Rockland) dans l’Etat du Maine (Etats-Unis). Financée par la diaspora basque du continent américain pour être offerte au Pays Basque. Depuis lors, Ameriketatik a représenté le patrimoine ma-ritime basque dans de nombreux évènements internationaux. © José Lopez

Sardines
Sardines. © José Lopez

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura Zuzendaritza Nagusia - Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net