gipuzkoakultura.net

Logo de la Diputación Foral de Gipuzkoa
Logotipo gipuzkoakultura

gipuzkoakultura.net

2019ko urriak 20, igandea





Bertan > Bertan 18 Fortificaciones en Gipuzkoa: siglos XVI-XIX > Frantses bertsioa: La ligne fortifiée Endarlaza-Erlaitz

Version PDF imprimable [11,8 Mb]Ikono Acrobat

La ligne fortifiée Endarlaza-Erlaitz

Elle fut constituée par cinq éléments fortifiés alignés du SE au NW: un réduit blindé qui verrouillait le pont Endarlaza, un fort sur le mont Pagogaña et trois tours, tous conçus entre 1878 et 1879. Du point de vue des services du renseignement militaire français de telles fortifications pouvaient être considérées "...d'une valeur presque nulle en elles-mêmes et impuissantes contre toute troupe pourvue de canon d'artillerie...", interprétant que leur utilité se limitait à gêner les mouvements carlistes au cas où éclaterait une nouvelle guerre.

124. Ligne d'Endarlaza:1-Portail d'Endarlaza (pas de vestiges); 2-Tour Endarlaza; 3-Tour Pika; 4-Fort de Pagogaña; 5-Tour Erlaitz (pas de vestiges); 6-Fouilles et baraquements du fort d'Erlaitz; 7-Route GI-3454; 8-Route  N-101; 9-Frontière; 10-Bidassoa.© Juan Antonio Sáez
124. Ligne d'Endarlaza:
1-Portail d'Endarlaza (pas de vestiges);
2-Tour Endarlaza;
3-Tour Pika;
4-Fort de Pagogaña;
5-Tour Erlaitz (pas de vestiges);
6-Fouilles et baraquements du fort d'Erlaitz;
7-Route GI-3454;
8-Route N-101;
9-Frontière;
10-Bidassoa.© Juan Antonio Sáez

Le réduit blindé d'Endarlaza avait forme de parallélépipède rectangle de 7x2 m pour la base et de 3 m de hauteur, blindé au moyen de plaques métalliques et dûment percé de meurtrières. Levé sur des piliers de pierre, il permettait le passage en dessous du trafic qui circulait par le pont. Périmé d'un point de vue militaire, il fut démoli en 1903.

125. Fort de Pagogaña (en 1916):1-Casernement de troupe; 2-Communication entre les quatre logements annexes; 3-Cuisine; 4-Effets; 5-Salle des sergents; 6-Salle d'eau; 7-Galerie de feux d'infanterie; 8-Corps de garde; 9-Magasin de vivres; 10-Logement des officiers; 11-Logement du Commandant; 12-Mess; 13-Cour; 14-Escalier de communication entre les deux étages de la tour centrale.© Juan Antonio Sáez
125. Fort de Pagogaña (en 1916):
1-Casernement de troupe;
2-Communication entre les quatre logements annexes;
3-Cuisine;
4-Effets;
5-Salle des sergents;
6-Salle d'eau;
7-Galerie de feux d'infanterie;
8-Corps de garde;
9-Magasin de vivres;
10-Logement des officiers;
11-Logement du Commandant;
12-Mess;
13-Cour;
14-Escalier de communication entre les deux étages de la tour centrale.© Juan Antonio Sáez

Les tours d'Endarlaza, de Pika et d'Erlaitz étaient situées à une hauteur respectivement de 30, 224 et 500 m sur la ligne de division des eaux de la vallée de l'Endara. Toutes trois possédaient un plan circulaire de 26 m de périmètre extérieur et des murs en moellon de 60 cm d'épaisseur, organisés sur deux étages et terrasse. La porte ouvrait sur l'étage supérieur auquel on accédait au moyen d'une échelle métallique qui pouvait être relevée. Les étages inférieurs disposaient de 17 meurtrières, sur quatre desquelles s'ouvraient des lanterneaux semi-circulaires. A l'étage supérieur le nombre de meurtrières était inférieur, puisque quatre fenêtres carrées et la porte en question les ont remplacées.

Il ne reste aucun vestige de la tour d'Erlaitz. Celle-ci a été démolie en 1891 au début des travaux du fort du même nom. Des documents d'époque prouvent que celui-ci disposa d'un fossé et qu'il hébergea le télégraphe optique de la ligne. En 1915 les tours rescapées étaient à l'abandon et en mauvais état, on n'en conserve à ce jour que les murs.

126. Réduit blindé d'Endarlaza (d'après rapport attaché militaire français):A) Elévation: 1-Toit métallique recouvert de toile goudronnée; 2-Parois constituées par une charpente en bois de chêne revêtue de plaques métalliques jointives et boulonnées; 3-Porte blindée, dotée d'une meurtrière; 4-Echelle de fer d'accès à la porte, qui peut être relevée; 5-Grille métallique qui peut empêcher la communication par le pont; 6-Piliers de pierre supportant le réduit en hauteur; 7-Meurtrière (7 sur les grands côtés et 2 sur les petits). B) Vue en plan: 8-Poutres d'appui en bois; 9-Meurtrières au nombre de 14 ouvertes dans le plancher métallique; 10-Corbeaux qui servent d'appui aux poutres de la base du réduit.© Juan Antonio Sáez
126. Réduit blindé d'Endarlaza (d'après rapport attaché militaire français):
A) Elévation:
1-Toit métallique recouvert de toile goudronnée;
2-Parois constituées par une charpente en bois de chêne revêtue de plaques métalliques jointives et boulonnées;
3-Porte blindée, dotée d'une meurtrière;
4-Echelle de fer d'accès à la porte, qui peut être relevée;
5-Grille métallique qui peut empêcher la communication par le pont;
6-Piliers de pierre supportant le réduit en hauteur;
7-Meurtrière (7 sur les grands côtés et 2 sur les petits). B) Vue en plan:
8-Poutres d'appui en bois;
9-Meurtrières au nombre de 14 ouvertes dans le plancher métallique;
10-Corbeaux qui servent d'appui aux poutres de la base du réduit.© Juan Antonio Sáez

Le fort de Pagogaña est la plus imposante fortification de la ligne. Se composant d'une tour octogone en moellon à grosses arêtes (coins confectionnés au moyen de matériaux plus robustes que le reste), il est organisé intérieurement sur deux étages et une terrasse percée de meurtrières. De chacun des quatre grands côtés partent autant de bâtiments rectangulaires à un seul étage et toiture en bâtière. L'ensemble, en forme de croix, avait une capacité de garnison pour 84 soldats. Une petite galerie de feux d'infanterie reliait deux bras consécutifs de la croix apportant quatre meurtrières.

127. Tour Pika (Irun). A l'origine, elle fut crépie, pour dissimuler le moellon et la brique.© Juan Antonio Sáez
127. Tour Pika (Irun). A l'origine, elle fut crépie, pour dissimuler le moellon et la brique.© Juan Antonio Sáez

Le fort comportait un glacis et un fossé de section triangulaire de 3,75 m de large dans sa partie supérieure. La fourniture en eau était assurée par une citerne alimentée par l'eau de pluie qui tombait sur les toits.

En mai 1882 des troupes d'infanterie furent logées dans le fort et six ans plus tard un secteur du fort fut confié au Commandement des Carabiniers, lequel finit par prendre en charge en 1893 la totalité de la place. En 1916 son état de conservation laissait déjà à désirer. On ne peut en observer à ce jour que de maigres vestiges, suite aux durs combats qu'il essuya pendant la Guerre civile (1936-1939).

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2019 Kultura eta Euskara Departamentua- Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net