gipuzkoakultura.net

Logo de la Diputación Foral de Gipuzkoa
Logotipo gipuzkoakultura

gipuzkoakultura.net

2019ko uztailak 19, ostirala





Bertan > Bertan 15 Los orígenes del arte en Gipuzkoa: > Frantses bertsioa: Art mobilier

Version PDF imprimable [11,8 Mb]l'icône Acrobat

Art mobilier

30. Os de fou de Bassan découvert à Torre (Oiartzun), magnifique oeuvre d'art mobilier du Magdalénien basque.
30. Os de fou de Bassan découvert à Torre (Oiartzun), magnifique oeuvre d'art mobilier du Magdalénien basque.

Nous nous pencherons plus particulièrement sur deux pièces, l’os d’oiseau de Torre et la plaquette de grès d’Ekain, dans la mesure où toutes deux entrent de plain-pied parmi les pièces maîtresses de l’art mobilier du paléolithique européen.

Os de Torre

31. Cerf gravé dans l'os de Torre.
31. Cerf gravé dans l'os de Torre.

Parmi les os décorés découverts dans des gisements du Gipuzkoa, celui trouvé dans l’abri de Torre à Oiartzun prend une valeur singulière. Torre est un petit abri qui n’offre guère de conditions d’habitabilité, mais qui fut utilisé comme poste d’affût à diverses périodes de notre Préhistoire. Il s’agit d’un cubitus de fou de Bassan ou sanga, oiseau marin nordique, auquel il arrive encore de nos jours de toucher nos côtes mais qui, à l’époque, était beaucoup plus fréquent. De l’os, il est conservé la diaphyse et une partie de l’épiphyse proximale. La partie distale est manquante. La partie conservée mesure 18 cm de long.

32. Cheval gravé dans l'os de Torre.
32. Cheval gravé dans l'os de Torre.

Cet os constitue une parfaite miniature. Il porte, gravées, les figures suivantes : un cerf, un cheval, un isard, deux bouquetins, un aurochs et un anthropomorphe.

33. Dessin développé de l'os de Torre (selon I. Barandiaran).
33. Dessin développé de l'os de Torre (selon I. Barandiaran).

 

Les figures se respectent les unes les autres, à peine sans superpositions. Toutes sont de profil, sauf les deux bouquetins, dont les têtes sont montrées de face, chose très commune au demeurant dans l’art paléolithique. Il y a de plus une série de signes tels que des lignes, hachures en zigzag et points, qui parcourent l’os d’un bout à l’autre.

34. Isard actuel. On observera la bande de couleur qui va de l'oeil au museau et l'on comparera avec la figure.
34. Isard actuel. On observera la bande de couleur qui va de l'oeil au museau et l'on comparera avec la figure.

 

Les figures animales sont d’un grand réalisme. On observera la tête du cerf. Il se présente bouche ouverte, comme bramant et le larmier notable, caractère que montrent les cerfs quand ils brament. De l’encornure, on a tracé l’amorce de la ramure et les deux andouillers de base. Le cheval porte la crinière courte et hérissée, qui est typique chez les chevaux sauvages. Le modelé qui a été réalisé sur la tête de l’isard indique la différente coloration de celui-ci dans la réalité. On verra notamment la tache sombre allant de l’oeil au museau. La seule figure non réaliste est l’anthropomorphe, chose par ailleurs plutôt commune dans l’art paléolithique. On y trouve représentés, toutefois, les cheveux, la barbe et l’oeil avec les cils inférieurs et supérieurs.

Les parallélismes avec d’autres pièces découvertes en stratigraphie nous autorisent à penser qu’il s’agit d’un os appartenant au Magdalénien supérieur-final, dont nous sépare quelque 12.000 ans.

Plaquette d’Ekain

Dans le niveau du Magdalénien supérieur du gisement situé à l’entrée de la grotte d’Ekain furent découverts sept fragments d’une plaquette en grès gravée, lesquels permirent à nouveau de remonter dans le temps. Sur la plaquette sont représentés et superposés les antérieurs d’un bouquetin, un cerf et un cheval. Le bouquetin, gravé avec des lignes assez profondes, est la figure la plus visible de la plaquette. La corne ondulante montre qu’il s’agit d’une représentation du bouquetin pyrénéen. La tête a été dessinée avec force détails : l’oeil, les oreilles, la proéminence frontale et les deux cornes. Sur ces dernières ont été rendues avec précision les nodosités, par une série de lignes transversales. L’encolure dans sa partie basse, le poitrail et les pattes avant ont été tracées avec soin par de nombreuses hachures courtes qui modèlent en partie ces régions.

Le cerf, à l’exception de la corne, a été tracé au moyen d’une technique de gravure plus fine que celle employée pour le bouquetin. La tête a été dessinée ainsi que l’oeil et la ligne buccale. Sur l’encornure ont été indiqués les andouillers de base, l’andouiller médian de chaque corne et la couronne, celle-ci de forme élargie. La couronne est habituellement la partie la plus variable de la corne des cerfs : on voit fréquemment apparaître des couronnes aplanies d’où sortent des pointes terminales. La troisième figure, difficile à voir, représente probablement un cheval.

35. Anthropomorphe gravé dans l'os de Torre.
35. Anthropomorphe gravé dans l'os de Torre.
36. Partie de la tête d'un isard gravée dans l'os de Torre.
36. Partie de la tête d'un isard gravée dans l'os de Torre.
37. Plaquette de grès d'Ekain (Deba) où l'on apprécie, entre autres, un bouquetin et un cerf.
37. Plaquette de grès d'Ekain (Deba) où l'on apprécie, entre autres, un bouquetin et un cerf.

Un datage par le radiocarbone de la strate immédiatement inférieure donna au C14 la date de 12.050 ± 190 ans avant nos jours.

Plaquette gravée d'Urtiaga

39. Galet gravé d'Urtiaga. Fine gravure d'un train avant de cheval.
39. Galet gravé d'Urtiaga. Fine gravure d'un train avant de cheval.

Dans le niveau magdalénien final d’Urtiaga apparut une plaquette de grès en 2 morceaux, qui contient les figures suivantes :

Sur l’une de ses faces, on peut voir une tête d’excellente facture de bouquetin femelle ou de chevreau, très bien tracée, avec une gravure large. Les cornes sont indiquées ainsi que l’oreille, l’oeil, les naseaux et le museau.

Sur l’autre face, on a une figure de renne finement gravée. Elle porte également bien reproduits les détails nécessaires pour la classer comme telle : dos au garrot bien marqué, position basse de la tête, forme de la corne, crinière dans la partie ventrale de l’encolure et mufle camard.

Galet gravé d'Urtiaga

38. Plaquette gravée d'Urtiaga (Deba) à la tête de bouquetin femelle ou de chevreau gravée sur l'une des faces et un renne sur l'autre.
38. Plaquette gravée d'Urtiaga (Deba) à la tête de bouquetin femelle ou de chevreau gravée sur l'une des faces et un renne sur l'autre.

Il s’agit d’un galet calcaire qui montre une gravure aux traits d’une extrême finesse. L’une de ses faces représente le train avant d’un cheval avec sa tête et son encolure. La crinière hérissée est indiquée, ainsi que des détails des naseaux. En revanche, l’oeil n’est pas représenté.

Tige en corne d’Aitzbitarte IV

40. Coquilles perforées, utilisées en pendentifs ou en colliers.© Xabi Otero
40. Coquilles perforées, utilisées en pendentifs ou en colliers.© Xabi Otero
41. Corne d'Aitzbitarte IV (Errenteria), décorée d'incisions diverses .
41. Corne d'Aitzbitarte IV (Errenteria), décorée d'incisions diverses .
43. Incisives perforées de bouquetin, à porter en pendentifs ou en collier.© Xabi Otero
43. Incisives perforées de bouquetin, à porter en pendentifs ou en collier.© Xabi Otero
42. Reconstitution d'un collier aux canines de cerf atrophiées et incisive de cheval.
42. Reconstitution d'un collier aux canines de cerf atrophiées et incisive de cheval.
44. Canines de cerf perforées.© Xabi Otero
44. Canines de cerf perforées.© Xabi Otero

Il s’agit d’une tige de section plane-convexe, brisée aux deux bouts et décorée sur la face convexe. Cette décoration consiste en trois ensembles alignés le long de la corne, dont chacun se compose de trois sillons aux traits parallèles et légèrement ondulés. Chacun de ces sillons laisse voir une série de petites incisions étroitement unies.

45. Canine de renard perforée.© Xabi Otero
45. Canine de renard perforée.© Xabi Otero
46. Coquilles perforées, utilisées en pendentifs ou en colliers.© Xabi Otero
46. Coquilles perforées, utilisées en pendentifs ou en colliers.© Xabi Otero

Cette tige a été découverte dans le niveau solutréen de la grotte, appartenant par conséquent à une époque antérieure à toutes les autres manifestations qui apparaissent dans ce livre.

Poinçons, harpons et sagaies

47. Poinçon d'Ermittia (Deba), à section triangulaire et décoré sur ses trois faces de gravures géométriques.
47. Poinçon d'Ermittia (Deba), à section triangulaire et décoré sur ses trois faces de gravures géométriques.
48. Harpon d'Ermittia.
48. Harpon d'Ermittia.
52. Harpon d'Ermittia.
52. Harpon d'Ermittia.
50. Sagaie décorée d'Urtiaga.
50. Sagaie décorée d'Urtiaga.
49. Harpons d'Aitzbitarte IV, Urtiaga et Ermittia. Outre leur fonctionnalité, ils montrent une décoration.
49. Harpons d'Aitzbitarte IV, Urtiaga et Ermittia. Outre leur fonctionnalité, ils montrent une décoration.

Ces objets utilitaires, employés pour la chasse et la pêche, étaient fréquemment décorés, bien que cette décoration n’ajoutât rien à l’efficacité de l’instrument. Voyons-en quelques cas :

Poinçon d’Ermittia. On a affaire à un poinçon de section triangulaire, qui porte sur chacune de ses faces un dessin gravé semblable. Sur deux des faces, il s’agit de losanges alignés, avec un point en dedans et reliés par des traits rectilignes. Sur la troisième face au lieu de losanges, on a deux hachures courtes en oblique.

On a en outre de nombreux harpons et sagaies aux décorations diverses, ainsi que des pendentifs réalisés en dents de cerf, ou de bouquetin ou en coquilles, qu’ils perçaient afin de passer par le trou le fil suspenseur.

53. Harpon d'Urtiaga.
53. Harpon d'Urtiaga.
54. Harpon d'Aitzbitarte IV.
54. Harpon d'Aitzbitarte IV.
55. Harpon d'Urtiaga.
55. Harpon d'Urtiaga.
Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2019 Kultura eta Euskara Departamentua- Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net