gipuzkoakultura.net

Logo de la Diputación Foral de Gipuzkoa
Logotipo gipuzkoakultura

gipuzkoakultura.net

2019ko maiatzak 22, asteazkena





Bertan > Bertan 19 Zeramika herrikoia Gipuzkoan > Frantses bertsioa: Oñati
Version PDF imprimable [10,8 Mb]l'icône Acrobat

Oñati

106. Mesure.© Jose López
106. Mesure.© Jose López
107. Pot à saindoux.© Jose López
107. Pot à saindoux.© Jose López
103. Pot à saindoux. Famille Espinosa, Bergara.© Xabi Otero
103. Pot à saindoux. Famille Espinosa, Bergara.© Xabi Otero

Dans le Diccionario de la Real Academia de la Historia (1802), on peut lire:

Le coeur de la ville est entouré d'un grand nombre de potagers bien cultivés qui produisent plusieurs sortes de légumes savoureux, d'excellentes asperges et de la bourrache en quantité, dont la fleur sert à faire une grande quantité de conserves, qui sont connus dans le Royaume, pour leur excellence et les pots dans lesquels on les garde sont connus sous le nom de "petits pots d'Oñate.

Et nous nous posions la question : qui faisait, où se faisaient donc ces charmants pots? Dans le même dictionnaire, quelques paragraphes plus loin, on peut lire:

Abondent aussi dans le règne minéral des sources aux bonnes et délicates eaux douces, faites de fontaines minérales, la plupart imprégnées de minéraux de fer et de plomb, le minerai étant employé dans les poteries pour le vernis ou l'émail de la faïence

Et, ajoute encore le dictionnaire :

On trouve aussi de grandes carrières de craie, de jaspe cendrée et de bancs royaux, de même que profusion d'argiles pour les poteries et les tuileries.

Quelles poteries ? D'où venaient-elles ? La vérité, c'est que toutes les circonstances favorables sont réunies à l'existence des poteries : terre, minerai de plomb pour le vernis, la présence des pots.
104. Compotier.© Xabi Otero
104. Compotier.© Xabi Otero

Aujourd'hui, nous avons l'assurance de la présence à Oñati des potiers suivants:

- Dionisio et Ezequiel Boie. Au milieu du XIXe siècle. Petits-fils et fils de potiers à Narbaxa.

- José de Urzelai, marié en premières noces à Josefa Lazkurain, et à qui succéda dans le métier son fils Paulino Urzelai Lazkurain, né à Oñati en 1824. José mourut à Oñati en 1866 à l'âge de soixante-neuf ans. Paulino, à Oñati en 1867.

- Juan José Enparanza était originaire de Bergara ; nous le retrouvons à Oñati en 1867, selon l'acte de décès de son fils José Luis, de vingt-deux ans.

 

105. Bougeoir.© Jose López
105. Bougeoir.© Jose López

- Et Roque Martín Olalde e Irazabal, né à Oñati en août 1820. Ses parents étaient Pedro Olalde et Joaquina Irazabal. On ne connaît rien de plus de lui, sinon qu'en 1871 il exerçait toujours comme potier à Oñati.

A Vitoria, dans la première moitié du XIXe siècle, on découvre l'existence d'un certain Antonio Isasa, originaire d'Oñati, dont nous savons avec certitude qu'il eut un fils potier. Ce dernier ne le devint-il pas parce que lui aussi, le père, l'aurait été à Oñati?

 

110. Baratte. Palais Errotalde, Bergara.© Xabi Otero
110. Baratte. Palais Errotalde, Bergara.© Xabi Otero
108. Mesures.© Jose López, Xabi Otero
108. Mesures.© Jose López, Xabi Otero
109. Petite lampe.© Jose López
109. Petite lampe.© Jose López
Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2019 Kultura eta Euskara Departamentua- Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net