gipuzkoakultura.net

Logo de la Diputación Foral de Gipuzkoa
Logotipo gipuzkoakultura

gipuzkoakultura.net

2017ko azaroak 22, asteazkena





Bertan > Bertan 10 Gipuzkoako trenak > Frantses bertsioa: Fabrication des trains

Version PDF imprimable [11,8 Mb]l'icône Acrobat

Fabrication des trains

L'un des aspects les plus caractéristiques de l'industrie du Pays Basque en général et surtout du Gipuzkoa est la grande spécialisation dans la construction du matériel ferroviaire. Un grand nombre d'usines, depuis les ateliers les plus modestes jusqu'aux plus grands complexes de production ont fourni au chemin de fer aussi bien les vis que les locomotives, en passant par la plus vaste gamme d'accessoires.

112. Une plaque d'un fabricant.
112. Une plaque d'un fabricant.

Au Gipuzkoa, de nombreuses entreprises ont procuré au chemin de fer tous les éléments nécessaires au service. La société Unión Cerrajera de Mondragón fabriquait les vis qui unissaient les rails aux traverses; Alcorta et Mendizabal les ressorts et les cantilevers, Bonifacio Echeverría les chaînes et les crochets de traction, et tant d'autres.

Mais l'activité la plus importante a été probablement la construction et réparation du matériel roulant. Quelques ateliers modestes comme Urcula à San Sebastian construisirent quelques unités pendant les années vingt. D'autres, comme les ateliers Ambrona de Herrera, conservent aujourd'hui encore cette activité qui consiste à réparer sporadiquement quelques wagons.

113. L'usine de fabrication de wagons de Beasain.
113. L'usine de fabrication de wagons de Beasain.
114. L'usine de fabrication de wagons de Beasain: montage.
114. L'usine de fabrication de wagons de Beasain:
montage.

Les sociétés du Gipuzkoa qui se sont distinguées dans ce secteur ont été sans nul doute la société Herederos de Ramón Múgica qui vient de disparaître et surtout la Compañía Auxiliar de Ferrocarriles, CAF, de Beasain.

La première fut mise en marche à la fin du siècle dernier à Donostia, à côté de la gare du Nord, à l'endroit où s'élève aujourd'hui la tour d' Atotxa, près de l'ancien terrain de football. C'est justement cette société qui prête son nom à l'un des groupes les plus bruyants de supporters du club de football local.

Au début, ses activités étaient liées à la menuiserie industrielle et n'avaient aucun lien avec le chemin de fer: elle se consacrait à la fabrication de persiennes. Il est probable que la proximité de la gare et le fait que la plupart des voitures et des wagons étaient alors en bois, décidèrent la société Múgica à s'introduire dans le domaine de la construction ferroviaire.

Dès le début, la société Herederos de Ramón Múgica se spécialisa dans la construction de wagons de marchandises, principalement les wagons "foudre" destinés au transport du vin. Leur aspect était similaire à celui d'un wagon de chargement fermé, mais ils abritaient à l'intérieur deux grands tonneaux pour y transporter la précieuse boisson. Le modèle subit plus tard une évolution jusqu'à arriver aux modernes wagons-cisternes.

115. La CAF de Beasain.
115. La CAF de Beasain.
116. Une plaque d'un fabriquant.
116. Une plaque d'un fabriquant.

Au début des années soixante, la société R amon Múgica déménagea à Irun, où elle poursuivit ses activités jusqu'au début des années quatre-vingt dix. Cette entreprise ne construisit pendant les années vingt que quelques voitures de voyageurs pour la Compagnie du Nord. De même, pendant les années cinquante, elle fournit à la société Cementos Rezola de curieuses locomotives électriques pour son service intérieur.

Mais c'est la CAF qui, sans nul doute, est la principale industrie dans ce domaine, non seulement au Gipuzkoa, mais dans toute l'Espagne.

117. Des plaques de fabricants.
117. Des plaques de fabricants.
118. L'usine de fabrication de wagons de Beasain.
118. L'usine de fabrication de wagons de Beasain.

Les origines de cette société se trouvent dans les forges de Yurre et d'Igartza, à Beasain. Leurs propriétaires, les familles Goitia et Usabiaga, s'associèrent vers la moitié du siècle dernier, pour créer la Fábrica de Hierros San Martín de Urbieta, où en 1861 fut installé le premier haut fourneau du Gipuzkoa.

En 1892, la société subit sa première reconversion et change son nom par celui de La Maquinista Guipuzcoana. C'est alors que commence la construction de matériel ferroviaire, bien qu'elle ne soit pas exclusive, puisqu'on fabrique également des machines fixes à vapeur, des turbines hydrauliques, des moulins à broyer la farine, voire des ponts routiers métalliques.

En 1901 l'usine de Beasain est absorbée par la Sociedad Española de Construcciones Metálicas, en se spécialisant définitivement dans la fabrication de wagons. En 1917 ses installations sont louées par la Compañía Auxiliar de Ferrocarriles, CAF. En 1928 commence la production de locomotives électriques et quelques années plus tard elle fournit les premiers tracteurs diesel à la Compagnie du Nord.

119. La plaque d'un fabricant.
119. La plaque d'un fabricant.

Pendant les années quarante, CAF ouvre une nouvelle usine à Irún, spécialisée dans les grandes réparations de matériel ferroviaire, bien que quelques trains aient été à l'occasion fabriqués dans ces installations. Pendant les années soixante, CAF fusionne avec la société Zaragozana material Móvil y Construcciones, qui sont les anciens ateliers de Carde et Escoriaza, et change son nom par celui de Construcciones y Auxiliar de Ferrocarriles, ce qui lui permit de conserver ses sigles historiques.

Après les dures années de crise de la dernière décennie, où l'avenir de l'entreprise fut gravement compromis à cause de la chute de la demande de son client quasi exclusif, RENFE, le présent de cette industrie centenaire est encourageant. Sa dépendance par rapport à la société ferroviaire publique est moindre, et sa présence sur les marchés extérieurs a considérablement augmenté.

120. Un autorail électrique construit en 1960.
120. Un autorail électrique construit en 1960.

Aujourd'hui, CAF conserve sa position de leader du secteur sur le plan national, et peut rivaliser sur le même plan d'égalité avec les principales sociétés multinationales européennes. Ses trains circulent sur le lignes de RENFE ainsi que sur celles de FEVE , des Chemins de Fer de la Generalitat de la Catalogne et de Valence, des Chemins de Fer de Majorque et bien évidemment d' Euskotrenbideak. De même, les métros de Madrid, Valence et Barcelone sont de fidèles clients et elle vient également d'équiper le métro de Bilbao. Pendant les dernières années, ses usines ont donné naissance à des tramways de technologie moderne pour Valence et Lisbonne, des métros pour Mexico et Monterrey, et des voitures de Grande Vitesse pour les chemins de fer hongrois, tandis que les dernières commandes ont des destinations très variées, comme Londres, Amsterdam et Hong Kong.

Mais CAF a su savamment conjuguer les technologies modernes et le respect pour une tradition centenaire. C'est ainsi qu'elle a récupéré ses vieux ateliers, en restaurant des édifices d'une valeur architectonique remarquable et en les adaptant aux nouveaux besoins de production. Elle a également coopéré, avec le Musée Basque du Chemin de Fer d' Euskotrenbideak, à la reconstruction de vieilles unités qui furent construites dans ses ateliers il y a soixante-dix ans.

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2017 Kultura eta Euskara Departamentua- Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net