gipuzkoakultura.net

Logo de la Diputación Foral de Gipuzkoa
Logotipo gipuzkoakultura

gipuzkoakultura.net

2020ko abuztuak 7, ostirala





Bertan > Bertan 21 Gipuzkoako eliz ataurreak > Frantses bertsioa: Intérêt pragmatique de ces espaces

Version PDF imprimable [11,8 Mb]l'icône Acrobat

Intérêt pragmatique de ces espaces

LEURS FONCTIONS DE CONSEIL ET LIEU D´ACTES LÉGAUX.

L'église depuis le haut Moyen Age avait joué un rôle protecteur et d'amalgame de la vie religieuse et civile des villages. C'est la raison pour laquelle les organismes municipaux primitifs étaient fréquemment désignés sous le nom d' "anteiglesias", leurs assemblées ayant lieu sous un arbre, "devant les églises", ou sous leurs portiques et porches lorsque la climatologie était peu favorable. D'où le sens d'expressions labourdines comme "auz-apeza", qui se traduit littéralement comme "prêtres de voisinage", et "parrokia", synonyme de mairie. Autrement dit, les communautés locales s'emparèrent progressivement d'attributions qui définissent à notre époque la commune, en marge de l'influence des "jaunchos" ou seigneurs ruraux.

16. À Berastegi, on conserve la table utilisée pour les réunions des conseils, autour de laquelle se réunissaient tous les chefs de famille en conseil ouvert.© Jonathan Bernal
16. À Berastegi, on conserve la table utilisée pour les réunions des conseils, autour de laquelle se réunissaient tous les chefs de famille en conseil ouvert.© Jonathan Bernal
17. Galerie à portiques sur un côté de l'église d'Ataun.© Jonathan Bernal
17. Galerie à portiques sur un côté de l'église d'Ataun.© Jonathan Bernal

En réalité, les porches des églises remplacèrent les maisons des conseils lorsque celles-ci ne disposaient pas d'un bâtiment propre, devenant le lieu où se tenaient les conseils populaires, mairies générales de tous les administrés ou "Conseils ouverts". Il en fut ainsi de l'église de San Martín à Andoain et de tant d'autres. Avec pour conséquence que lorsque tous les chefs de famille devinrent membres du conseil ouvert, autrement dit d'une grande assemblée, il fallut aménager les entrées normalement couvertes et sous des portiques. Celles-ci devaient donc disposer de la dimension suffisante pour accueillir et loger les habitants qui s'y rendaient. C'est la raison pour laquelle on construisit un grand nombre de portiques autour des églises. On trouve des exemples très tardifs de cette utilisation. La ville de Vergara, à la fin du XVe siècle, se servait encore de ses édifices religieux comme maison des conseils.

18. Le porche de l'église a toujours été un lieu de réunion, où se déroulaient festivités et bals.© Ojanguren Artxiboa
18. Le porche de l'église a toujours été un lieu de réunion, où se déroulaient festivités et bals.© Ojanguren Artxiboa
19. Les autorités ecclésiastiques recevant à la porte la représentation municipale pour le répons du salve. © Kutxa Fototeka
19. Les autorités ecclésiastiques recevant à la porte la représentation municipale pour le répons du salve. © Kutxa Fototeka

Dans ces espaces se déroulaient également actes et procédures légales devant notaire. L'exemple le plus clair de cette utilisation, nous le trouvons lors des marchés d'appel d'offres de travaux ou de construction. Pour appeler les éventuels architectes ou maîtres d'oeuvre de différentes spécialités, on procédait à des annonces publiques ou à des édits publiés dans différentes populations limitrophes; afin que les intéressés se présentassent pour participer à l'enchère au jour et à heure fixés, à l'église paroissiale de l'endroit qui offrait l'ouvrage à réaliser. Dans les documents devant notaire, figure cette coutume d'annonces, de proclamations et de tenue des enchères. On retrouve cette particularité en maintes occasions et dans toutes les localités. Les almonedas ou ventes aux enchères publiques se tenaient en général pendant quatre jours consécutifs. Ces lieux étaient le point de rencontre habituel où se donnaient rendez-vous les architectes pour présenter leurs enchères, suivant le rituel de "la bougie", lequel consistait à allumer un bout de chandelle indiquant le début des enchères. Tandis que celle-ci se consumait, les hommes fixaient un prix à leurs travaux. On pouvait réaliser des offres à la baisse et améliorer les conditions pour espérer la remporter; toutes les propositions finalisaient quand la bougie s'éteignait.

LIEU D´INTÉRÊT CIVIQUE.

En concurrence avec les édifices des conseils avec lesquels elles cohabitaient sur les places des villes, les églises tentèrent de s'intégrer ou de mettre en valeur leur présence. Pour ce faire, elles cherchèrent à solenniser le cadre d'entrée, réussissant à en faire un lieu d'intérêt civique et un centre social. La vie se projetait en effet vers l'extérieur, liée aux besoins propres de chaque communauté.

Nombreux sont les témoignages ou récits en ce sens des propres ecclésiastiques qui nous parlent des porches comme de lieu de réunion. Ils se plaignent constamment de l'habitude d'organiser des fêtes, des jeux et des bals à la porte de l'église. De fait, dans d'autres cas, les porches ou portiques pouvaient être considérés comme une toile de fond à ces représentations ou réunions ludiques. La tradition de ces réunions festives sous les porches était si forte et réitérée qu'elle finit par causer des problèmes au clergé qui célébrait l'office à l'intérieur. Afin de résoudre ce problème, on en vint à créer d'autres lieux dans la ville. Ce fut le cas de la mairie de Deba, qui mit en ouvre une opération urbanistique importante, pour habiliter une autre grand-place et sa maison des conseils, séparant pour cette raison la vieille église de la zone des réunions sociales et festives.

La passion pour le jeu de pelote conduisant à employer comme frontons les murs des porches et portiques des églises fut si développée que l'on trouve tout au long de l'histoire des dispositions et décisions du "bon gouvernement" émanant des ordonnances municipales et pragmatiques, qui en interdisent expressément l'utilisation. De nos jours encore, en dépit des nouvelles constructions de frontons individuelles ou mitoyennes, les solides murs des églises continuent de servir de lieu à la pratique du jeu favori.

Licencia Creative Commons. Pulse aquí para leerla
2020 Kultura eta Euskara Departamentua- Gipuzkoako Foru Aldundia.
Para conectar con nosotros mediante skype pulse aquí
Logotipo Gipuzkoa.net. Pulsar para ir a la página de Gipuzkoa.net